La diversité

“Le monde est diversifié, mais il n’est pas également diversifié partout.”
de Sousa Santos (2012: 241)

Le mot diversité (au singulier) a été très populaire dans l’éducation au cours de la dernière décennie (Wood, 2003: 16). La diversité a même commencé à contribuer à influencer l’image sociale du monde et de nos écoles. Dans les pays nordiques, par exemple, le mot est utilisé pour désigner implicitement des personnes de certaines races et religions qui ne ressemblent pas à la majorité imaginée (les chrétiens blancs). C’est donc une notion politiquement correcte de catégoriser les gens comme uniformes (Kureishi, 2005). Selon Wood (2003: 2), la diversité dans l’éducation fait référence à des «faits» (différentes couleurs de peau, différentes religions, différentes langues), mais aussi des choses que l’on espère ou souhaite avoir.
Bien que le terme soit réservé à certaines couches de la population (migrants, minorités ethniques et religieuses), les représentants de ´´l’élite´´ qui se déplacent d’un endroit à l’autre sont qualifiés de citoyens du monde '', de multinationales ” ou même de ´´cosmopolites´´. Combien de fois entendons-nous quelqu’un appeler un enfant réfugié ou un nouveau venu un “cosmopolite”? Probablement jamais. Pourquoi certains labels sont-ils réservés à certaines personnes?

Cela remet en cause le concept de diversité: qui est divers? Qu’est-ce que ça veut dire? Qui est couvert par le label? Qui a le pouvoir d’accepter ou de refuser le label? Qui a le droit de refuser le label pour lui-même? Qui décide de ça? Qu’est-ce qui se cache vraiment derrière le mot diversité (ou idéologies de la diversité)?
Wood (2003: 48) a déjà fourni quelques réponses à ces questions. Le mot diversité est souvent utilisé comme :

  • ´´Un euphémisme pour une ou plusieurs catégories de personnes non spécifiées ;
  • Une manière abrégée de faire référence à la diversité culturelle en général ;
  • La diversité est ce qui reste après avoir spécifié tous les groupes qui viennent à l’esprit ;
  • La diversité culturelle peut également être utilisée comme une explication compressée de la banalité plus large que le monde est un endroit magnifique, plein de diversité humaine.´´

Comme le concept de culture, la diversité est un mot si fort qu’il est souvent utilisé comme équivalent de l’homme lui-même. Nous parlons de la diversité dans l’éducation, la diversité en classe est bonne pour les enfants, les avantages de la diversité en classe, etc. Mais de qui parle-t-on? Selon le contexte, la diversité peut se référer à et remplacer les mots immigrants, réfugiés, musulmans, africains, etc. Cette diversité est souvent laissée à nos institutions qui décident de leur (niveau) d’étrangeté, de leur culture et de leur langue. Par exemple, un enfant dont les parents sont nés à Taïwan mais ont déménagé aux États-Unis et qui est né en Amérique lui-même peut être étiqueté confucéen ou asiatique en raison de son origine. Ainsi, l’idée de diversité peut facilement conduire à placer les enfants dans des catégories fixes et statiques. Wood soutient que la diversité conduit alors à ‘’fixer et étiqueter’’ (ibid.: 38).

Je pense qu’en séparant différents types de diversité et en luttant pour des objectifs différents, ces hiérarchies peuvent conduire à la frustration, à l’ignorance, aux attitudes condescendantes et au désintérêt pour les autres. La diversité doit devenir immense. Il y a plusieurs raisons pour faire cette suggestion apparemment rebelle. Nous devons tous nous battre pour être reconnus, susciter le respect, faire face au rejet et à la discrimination. C’est bien sûr beaucoup plus facile pour certains que pour d’autres. Mais dans des temps comme le nôtre, même les puissants peuvent être dans des positions impuissantes à cause de certaines de leurs identités, des changements dans les conditions de vie, des maladies, etc. Notre devoir est alors de discuter de ces différentes formes de diversité ensemble plutôt qu’individuellement. Je crois que cela peut nous aider, penseurs, chercheurs, praticiens et décideurs, à avoir de la compassion et à nous identifier à ces différentes (mais potentiellement similaires) diversités.

La façon dont toute l’idée de diversité est abordée aujourd’hui est très problématique et biaisée. Bien que le mot diversité doive se référer à la multiplicité, il signifie souvent différence et “unité”. Alors que l’autre est souvent pris au piège par la ‘’diversité’’ homogénéisée, la majorité peut librement prétendre être ‘’normale’’, ‘’invisible’’ et n’a donc pas besoin d’une attention particulière. Je suis d’accord avec Wood que ‘’(une telle vision de) la diversité est une forme d’injustice systématique et nous rend complices de l’injustice. Traiter les gens comme des objets, comme s’ils étaient le produit résiduel de leur race, classe, sexe et autres superficialités similaires, et non comme des individus se définissant par leurs idées et leurs actions créatives - c’est de l’injustice ‘’(2003: 4).

Par exemple
Le premier exemplaire est tiré de Hanif Kureishi (2011: 3), un écrivain britannique dont le père est originaire du Pakistan. Il se souvient de cette scène d’enfance: ‘’Quand j’avais environ neuf ou dix ans, un enseignant a délibérément placé devant moi des photos d’agriculteurs indiens dans des huttes de boue et a dit à la classe: ‘’Hanif vient d’Inde.’’ Je me suis demandé : mes oncles ont-ils monté des chameaux? Certainement pas dans leur costume! Mes cousins, comme moi à d’autres égards, se sont accroupis à moitié nus comme des petits Mowglis avec leurs doigts mangeant dans le sable? ” Mon hypothèse est que l’enseignant a fait ce qu’elle a fait pour apporter une certaine diversité à la classe en révélant les “origines” de Hanif. Kureishi explique qu’en raison de cet épisode essentiel, il a rejeté son origine indienne et avait honte de ne pas être majoritaire, blanc.

Le deuxième exemple, toujours dans le contexte d’une salle de classe, est tiré d’un roman intitulé La vie d’une banane (PP Wong, 2014). La banane symbolise ici une fille d’aspect asiatique vivant en Occident (‘’blanche à l’intérieur, mais jaune à l’extérieur’’). Le personnage principal, dont la famille est originaire de Singapour, est né au Royaume-Uni. Dans l’extrait suivant, elle parle de sa première journée à l’école et de la façon dont sa ‘’diversité’’ a été évoquée par son professeur - à sa grande surprise (ibid .: 28) :

-Bonjour la classe
-Bonjour, Mme Wilkins
-Classe, avant de commencer, je voudrais annoncer que nous avons un nouveau, venu de Chine.

  • (je suis né à Hackney)
    -Son nom est…”

Ces exemples montrent le danger de faire des suppositions sur les autres en fonction de leur apparence, mais aussi de ‘’diversifier’’ certaines personnes tout en traitant le reste de la classe comme si elles étaient toutes des élèves ‘’robotiques’’ transparents. L’interculturalisme devrait nous aider à rejeter ou du moins à réduire cette approche limitée et restrictive de la diversité. Je soutiens que la diversité nous affecte tous et que les éducateurs devraient commencer à traiter tout le monde à partir d’une position de «diversité pour tous» pour mettre fin à ces exemples de diversité inventée pour la scène.

Comment voyez-vous l’idée de diversité vous-même? Tenez-vous souvent compte de ‘’l’origine’’ de vos élèves? Quels problèmes potentiels rencontrez-vous lorsque vous faites cela? Vous êtes-vous surpris à stéréotyper l’idée de diversité?