Conseils

Les 10 conseils pour le travail avec les nouveaux arrivants

Conseil n ° 1 : Ne pensez plus aux nouveaux arrivants qu’en termes de différences culturelles!

“Lorsque vous rencontrez d’autres personnes et interagissez avec elles, demandez-vous d’abord : qu’est-ce que j’ai en commun avec ces autres personnes?” (Moghaddam, 2012, chapitre 9). Mettons fin aux préjugés discriminatoires, une vision courante dans l’éducation des nouveaux arrivants qui se concentre uniquement sur les différences, en particulier en ce qui concerne le concept “épuisant” et généralisant de “culture” (Abdallah-Pretceille, 1986). Un tel biais est la juxtaposition typique des “cultures” individualistes et collectivistes, qui est souvent utilisée pour expliquer les rencontres entre les gens de “l’Ouest” et “de l’Est” ou du “Nord” et “du Sud”. Holliday (2010) a vigoureusement analysé l’ethnocentrisme et les jugements moralistes qu’une telle distinction peut engendrer. Le risque de continuer à utiliser ces éléments si lâchement et sans tenir compte du contexte est qu’ils peuvent “facilement et parfois sans intention malveillante conduire à la réduction de l’Autre étranger comme culturellement inadéquat” (Holliday, 2010: ix). Nous sommes tous différents et comparables à la fois.

Conseil n ° 2 : Nous partageons la responsabilité de ce qui se passe entre “nous” et “eux”!

Les discours sur soi et sur l’autre - les constructions identitaires - sont toujours co-construits entre les personnes. Une identité se crée et existe parce qu’il existe une autre identité qui peut y être comparée ou opposée (Bauman, 2004). Qui vous êtes dans la classe dépend de qui est dans cette classe. Il en va de même pour les étudiants par rapport à vous. Par conséquent, lorsque nous faisons l’expérience de l’interculturalité, nos stéréotypes, représentations et idéologies informent et influencent les rencontres et donc les identités (Holliday, 2010: 2; Dervin, 2012). Mon identité est basée sur la présence des autres, et vice versa. Nous devons donc inclure toutes les personnes impliquées dans les rencontres interculturelles pour les expliquer et les comprendre au lieu d’une seule d’entre elles. La façon dont l’interculturalité se déroule en classe dépend de l’interaction entre les personnes plutôt que de la présence d’individus isolés.

Conseil n ° 3 : Acceptez l’échec et apprenez-en!

L’idée que tout ne peut pas être expliqué en ce qui concerne “l’interculturel” et donc qu’il est souvent impossible d’épuiser les résultats lors de ses recherches, n’a pas encore gagné beaucoup de terrain dans le domaine de l’éducation. Cependant, de nombreux phénomènes que nous examinons ou enseignons dérivent du ludique, de l’imaginaire et ne peuvent donc pas toujours être rationalisés (Maffesoli, 1985). Nous devons accepter que tout n’est pas compréhensible et que nous devrions parfois simplement laisser aller et revenir à un sujet quand et si nécessaire!

Conseil n ° 4 : Vivez avec des “hauts” et des “bas”!

De nombreuses recherches se sont concentrées sur les structures et sur la façon dont un certain groupe de personnes (généralement déterminé par la “nationalité” ou “l’ethnicité”) communique avec un autre (Piller, 2011) - conduisant à l’équation “plus vous en savez sur leurs habitudes , pensées, etc. plus vous êtes en mesure de les contrôler” et ainsi d’interagir de manière appropriée et sans problème”. De nombreux chercheurs soutiennent que cela ne reflète pas la complexité des êtres humains (Pieterse, 2004; Wikan, 2002) et exhortent les chercheurs et les praticiens à examiner plutôt les exceptions, les instabilités et les processus, qui sont des éléments “naturels” de la socialité (cf.Baumann, 1988; Bensa, 2010). Il est important, en tant qu’enseignants, de ne pas placer les étudiants migrants dans de “jolies” boîtes culturelles et linguistiques et de se pencher sur leur individualité qui ne peut qu’être instable et processuelle. Accepter que travailler avec des étudiants migrants entraîne des “hauts” et des “bas” est essentiel!

Conseil n ° 5 : les nouveaux arrivants sont aussi complexes!

L’idée de l’intersectionnalité, “l’interaction d’identités multiples et d’expériences d’exclusion et de subordination” (Davis, 2008: 67), est source de réflexion pour l’éducation. C’est déjà une pratique très courante dans le domaine de l’éducation interculturelle, fortement influencée par l’éducation multiculturelle critique (Banks et McGee Banks, 2009; Sleeter, 1996). De nombreux chercheurs soutiennent que ce n’est pas seulement la “culture” qui guide les interactions, mais la co-construction de diverses identités telles que le sexe, l’âge, la profession, la classe sociale, etc. Tous ces éléments se recoupent dans l’interaction interculturelle et doivent donc être pris en compte ( Sleeter, ibid.). L’interculturalité n’est pas synonyme de cultures différentes mais pour l’interaction entre des personnes complexes et les nouveaux arrivants connaisent aussi cette complexité!

Conseil n ° 6 : Promouvoir la justice sociale!

Je voudrais également mettre en avant l’idée de justice : “un engagement à lutter contre les inégalités, le racisme ainsi que le sexisme et toutes les autres formes de préjugés, d’oppression et de discrimination par le développement de la compréhension, des attitudes et des compétences d’action sociale” (Räsänen, 2009: 37). Quelques exemples ont été identifiés dans la littérature : Par exemple, dans son paradigme cosmopolite critique, Holliday (2010: 48) suggère d’augmenter la sensibilisation au racisme institutionnel et culturel et aux structures de pouvoir. En tant qu’enseignant travaillant avec des enfants potentiellement vulnérables, j’ai la responsabilité de soutenir leur bien-être, leur inclusion et leur égalité.

Conseil n ° 7 : Réflexion systématique et critique

Lorsque nous traitons de l’interculturalité dans l’éducation, nous devons laisser nos propres sentiments, expériences et histoire entrer et soutenir notre travail. La réflexivité peut à la fois améliorer la compréhension et l’interprétation en ajoutant une nouvelle source de connaissances.

Conseil n ° 8 : Soyez modeste devant les nouveaux arrivants!

Le concept de pouvoir devrait être au cœur de l’engagement dans l’éducation des étudiants migrants. Chaque rencontre interculturelle dépend des relations de pouvoir liées à l’usage de la langue, de la couleur de la peau, de la nationalité, mais aussi du sexe, du statut social, etc. Jacques Derrida (2000) a fait valoir à travers le concept d ‘“hospitalité” que l’hospitalité peut facilement se transformer en hostilité. Il existe en fait un déséquilibre de pouvoir inhérent entre un hôte et un invité - ce dernier étant l’otage du premier. En tant qu’enseignants, nous devons être conscients des différences de pouvoir entre nous et les nouveaux arrivants et essayer de les réduire autant que possible. Nous devons faire preuve de modestie lorsque nous travaillons avec de nouveaux arrivants!

Conseil n ° 9 : Utiliser efficacement le langage!

Travailler sur et / ou avec l’interculturalité nécessite l’utilisation d’une langue ou de langues différentes, ainsi que des formes de communication non verbales (mimiques, silence, geste, etc.). Ne pas tenir compte de leur importance dans notre domaine est problématique. Par exemple, lorsque nous traduisons par ex. une interview ou des extraits d’un livre, il est important d’expliquer le choix de certaines phrases, mots, pronoms, etc. L’utilisation des mots n’est jamais innocente. Nous devons également garder à l’esprit que l’utilisation de la langue est très politique et qu’elle traduit généralement des différentiels de pouvoir et de la violence symbolique. Les enseignants sont des locuteurs professionnels et doivent apprendre à utiliser la langue de manière inclusive

Conseil n°10 : Go Passer sous la surface des apparences

Ceci est probablement le message le plus important de l’outil. Nous sommes tous influencés par des visions spécifiques de l’interculturalité, de ce qu’elle implique, comment elle devrait se produire, pour quelles raisons, etc. Ainsi, si j’entends les mots culture, communauté, valeur, nom d’un pays, je commence à réfléchir à leur utilisation et à comment ces mots m’influencent et influencent mes interlocuteurs. J’essaie alors de passer sous la surface de ce qui se dit. En tant qu’enseignant, je dois être une sorte de détective qui examine ce que les gens disent, afin de garantir le bien-être, la justice et l’équité.

10 conseils