Social justice

Le concept de justice sociale est au cœur de la recherche en éducation aujourd’hui, étant donné la mondialisation de l’éducation dans les régions éducatives privilégiées et défavorisées du monde entier. Lorsque nous pensons à nos expériences avec les nouveaux arrivants, nous ne pouvons nous empêcher de penser à cette notion.

Pour Bialystok (2014), la notion de justice sociale est souvent la ‘’tarte aux pommes du travail éducatif contemporain’’ mais aussi, quelque peu, un ‘’cri qui nous fait nous sentir bien’’. Dans l’éducation à travers le monde, il semble y avoir des contradictions entre les pratiques actuelles du néolibéralisme (marketing, économie, la “culture du classement”) et les appels omniprésents à la justice sociale. Dans sa critique marxiste des prétentions du postmodernisme et du poststructuralisme comme forces de justice sociale, Cole (2003) affirme que la justice sociale est rendue impossible par les forces capitalistes fortes présentes dans l’éducation aujourd’hui.

Plutôt que d’offrir une définition statique du concept, qui sera nécessairement biaisée, limitée / restrictive et fortement liée à nos propres idéologies (géopolitiques), nous devons nous rappeler que, conceptuellement, politiquement, philosophiquement ou en relation avec la pratique , définir la justice sociale est une tâche difficile qui mérite notre attention critique de manière réfléchie. En général, il existe des définitions facilement acceptées qui proviennent, par exemple, des États-Unis pendant les mouvements de défense des droits civiques. Ceux-ci sont spécifiques à ce contexte historique et les idées ou les mots liés à la justice sociale peuvent ne pas être pertinents pour d’autres contextes. Par exemple, le célèbre universitaire américain spécialisé dans l’éducation multiculturelle, Ch. Sleeter, a déclaré en 2014 que “la plupart des gens s’accordent sur ses grands principes [justice sociale], comme celui-ci: 1) l’égalité, le principe d’équité … 2) l’activisme, le principe de la liberté de choix … [et] 3) La littératie sociale, le principe de pertinence.’’ Quand Sleeter parle de la plupart des gens, à qui fait-elle référence? Des gens en Europe, en Amérique du Nord et / ou en Asie? Alors que nous pouvons affirmer que la justice est significative pour la plupart des gens, est-il vraiment exact de dire que la justice sociale a des “principes généraux” qui sont acceptés par tout le monde? D’autres scientifiques ont montré que les chercheurs en éducation analysent la politique de l’éducation sous un angle différent, reflétant des vues différentes de la justice sociale.
Les principes suivants peuvent nous aider à réfléchir de manière plus critique et plus approfondie sur le concept: premièrement, la justice sociale est présente en tant que concept dans de nombreuses disciplines académiques telles que la philosophie politique, la géographie, l’histoire, le travail social et la psychologie (par exemple Shriberg, Song, Miranda et Radliff, 2013). Cela en fait un concept très interdisciplinaire, avec une longue histoire. Nous devons être conscients de et transparents avec ces éléments.

Deuxièmement, selon Sen (2002), différents contextes et groupes peuvent avoir une compréhension différente de la justice sociale. En tant que telle, la justice sociale est à la fois un problème interculturel et intraculturel. Même dans un certain contexte ou groupe (par exemple, parents contre enseignants, élèves minoritaires contre groupes majoritaires, etc.), les significations et les manières dont elles sont vécus peuvent être diverses, incohérentes. Selon Bogotch (2013: 57), ‘’chacun des 190 pays ou plus est mis au défi de redéfinir la façon dont il définit la qualité de l’éducation pour répondre aux besoins des citoyens du pays, et pas seulement conformément à la Constitution. En conséquence, la justice sociale elle-même est rendue contextuellement pertinente dans des zones géographiques du monde entier’’. La politique et l’économie sociale, entre autres, influencent également l’instabilité du concept. Pour qu’elle soit un ajout précieux à la recherche en éducation, des discussions explicites doivent avoir lieu sur ce que ce concept signifie ou devrait signifier. Il est également nécessaire de mieux documenter comment cela est appliqué dans les écoles.

Troisièmement, en plus de la justice sociale ayant plusieurs sens (Rizvi, 1998: 47), elle peut aller de pair avec plusieurs autres concepts (ambigus) tels que l’inclusion / exclusion, l’égalité / l’équité, etc. Bien que l’on puisse avoir l’illusion que le concept de justice sociale est “ universel ” par rapport à ce à quoi il se réfère et par rapport à la pratique, la recherche en éducation dans le monde utilise des mots inventés sur place pour s’y référer (en) directement et explicitement / implicitement. Cela rend encore plus difficile de parvenir à une interprétation claire du terme à travers toutes sortes de frontières. Ce concept ‘’populaire’’ est polyvalent et toujours marqué idéologiquement - et donc impossible à généraliser. La domination des discours centraux américains sur la justice sociale dans l’éducation peut avoir un impact négatif sur la façon dont nous discutons de la justice sociale dans d’autres contextes. Il est donc nécessaire d’impliquer des idées dans ces questions qui vont au-delà de l’occidentalisation. Je suis également d’accord avec Hackman (2006) sur le fait que la justice sociale doit être problématisée dans un certain contexte (macro et micro) et à l’égard d’individus spécifiques. Je ne pense pas qu’une approche efficace de la justice sociale consiste à fournir une définition statique du terme, ‘’généralisé’’ pour tout contexte éducatif. Cela peut nous aider à éviter d’imposer certaines idéologies aux autres, de juger l’autre selon nos propres critères et / ou de donner l’impression qu’un contexte est meilleur qu’un autre.

Dans son article sur le leadership en éducation et la justice sociale, Bogotch (2013) suggère qu’au moins deux attitudes peuvent être adoptées en ce qui concerne la définition de la justice sociale dans l’éducation. 1. On commence par une définition et on vérifie si les données collectées sont en accord avec les aspects de la définition: “le chercheur conclut que la justice sociale a été trouvée (elle est rarement introuvable) par cette étude empirique spécifique” (ibid .: 56) . 2. L’approche est basée sur une approche plus large, faisant valoir que les mots sont ambigus et que le contexte et les personnes impliquées vont (re) négocier leur signification au cours du processus de recherche. Il suggère de poser les questions suivantes: ‘’(…) les individus, les groupes ou même les nations sont-ils capables de créer des conditions socialement justes pour les autres? En quoi les significations de la justice sociale diffèrent-elles d’un pays à l’autre?” (Ibid.). Il tire la conclusion, pensons-nous à juste titre, que ‘’nous devons donc être sceptiques si nous lisons ou entendons une définition unique de la justice sociale au sens sémantique strict’’ (ibid.).

Enfin, il est important de garder à l’esprit que la justice sociale concerne des vraies personnes. Et la seule façon de les aider ou de leur donner les moyens de s’aider eux-mêmes est de rendre cette compréhension significative et compréhensible entre eux et envers les autres. La justice sociale peut être une ‘’phrase de bien-être’’ à réciter comme un mantra (Bialystok, 2014), mais nous devons la ‘’guérir’’ de sa misère pour qu’elle fonctionne.

À quelle fréquence entendez-vous le terme ‘’justice sociale’’ se prononcer dans l’éducation? Qu’en est-il de ses compagnons comme l’égalité, la justice, etc.? Comment les concevez-vous? Pensez-vous qu’ils signifient la même chose pour tout le monde? Pensez-vous que votre école et votre municipalité en font assez pour promouvoir une forme de justice sociale, en particulier à l’égard des nouveaux arrivants? Est-ce que ça marche? Souhaitez-vous changer la façon dont ils le font? Enfin, pensez-vous que dans vos cours quotidiens vous contribuez à améliorer la justice sociale pour vos élèves? Si c’est le cas, comment?